Solongo, le pays où « naissent les arcs en ciel »

Solongo, le pays où « naissent les arcs en ciel ». C’est ainsi qu’autrefois les Mongols appelaient la Corée. Rien mieux que cette idée d’explosion de couleurs convient à décrire l’étonnante originalité de la culture coréenne, véritable exception asiatique au cœur d’une Asie qu’on assimile trop vite aux seuls Japon et Chine.

Difficile position que celle de la petite péninsule coréenne qui de tout temps fut l’objet de la convoitise des puissants empires chinois et japonais. Pas un siècle de l’histoire sans invasions étrangères destructrices, jusqu’au double traumatisme de la colonisation japonaise de 1910 à 1945 et de la partition du pays. Aujourd’hui, les deux Corées sont techniquement en guerre puisque c’est un simple armistice qui mit fin à la guerre de Corée en 1953. Et pourtant ce qui réunit les deux peuples et présidait à la rencontre historique entre les deux leaders Kim et Moon au printemps 2018, c’est ce sentiment fort que partagent les Coréens : celui d’appartenir à une culture unique.

Longtemps demeurée terra incognita, la Corée offre un admirable patrimoine artistique témoin d'une culture inattendue dont les racines chamaniques puisent au cœur de l'Oural et de la Sibérie. Qui sait ainsi que la langue coréenne est plus proche du hongrois ou du turc que du chinois ou du japonais ? Qu’elle s’écrit avec un alphabet créé au 15ème siècle ? Ou que son art, celui des anciens rois chamanes des royaumes de Silla, évoque l’art des Scythes ?

Trop souvent considérée comme une simple étape avant de visiter la Chine ou le Japon, la Corée surprend, déroute et charme. Elle surprend par le caractère presque latin de ses habitants, par leur intense spiritualité, par l’infinie palette des saveurs de sa cuisine où recherche d'harmonie visuelle et raffinement côtoient une abondance parfois fruste, reflet de ses lointaines origines ouralo-altaïques. Elle déroute par le gigantisme de sa capitale, Séoul. Une mégapole à la pointe de la modernité qui ne doit pas tromper le visiteur : adossée à un cirque de montagnes, site choisi par les géomanciens au 14ème siècle, elle abrite d’innombrables espaces verts, d’anciens palais royaux, d’impressionnantes fortifications et des quartiers aux ruelles pavées, bordées de maisons traditionnelles, hors du temps.

Elle charme enfin par l’extraordinaire beauté de ses paysages naturels : îles battues par le vent, rizières chatoyantes à perte de vue ou montagnes sauvages hérissées de pics vertigineux surplombant la mer. Comment à l’automne ne pas succomber à la sérénité de ses temples bouddhistes multicolores enfouis dans les érables rouge sang et les ginkgos jaunes éclatant ? A la rigueur de ses anciennes académies confucéennes ou la richesse de ses musées ?

Véritable exception culturelle au sein de l’Asie, la Corée est une destination à part entière, dont la découverte est indispensable pour comprendre l’Extrême Orient, puisqu’au cours de son histoire elle joua un important rôle de maillon culturel entre la Chine et le Japon, à qui elle apporta notamment le bouddhisme ou l’art de la céramique.

Conférencier

Mme Juliette MORILLOT

Voyages associés

Corée du Sud, le matin du mondeCircuit 12 jours

Circuit Corée du Sud, voyage culturel avec un guide local francophone sélectionné par Orients. Grand voyage en Corée et avec visite de Séoul, Suwon, les maisons traditionnelles de Jeonju, Gwangju, les dolmens de Gochang, Gyeongju, trois joyaux du bouddhisme coréen : les temples de Songgwang-sa, Tongdo-sa et d'Haein-sa, Busan, Hahoe.

du 7 au 18 avr. 2020
du 13 au 24 oct. 2020