Grand circuit en Indonésie : Java - Célèbes - Bali

Ubud, Bali - Indonésie ©iStock
Temple Ulun Danu, Bali - Indonésie ©Thinkstock
Java - Indonésie ©iStock
Pays Toraja, Célèbes - Indonésie ©iStock
Temple de Borobudur - Indonésie ©iStock

Circuit 19 jours

Voyage sur-mesure en Indonésie avec Orients

Ce voyage est proposé sur mesure uniquement, aux dates de votre choix. Contactez-nous pour en savoir plus.

Le plus vaste archipel du monde offre une mosaïque de peuples et de cultures, de Borobudur centre bouddhiste aux sanctuaires hindouistes de Java, des temples balinais aux palais des sultans javanais, des maisons claniques aux curieuses grottes funéraires du pays Toraja. Et dans un cadre de rizières en terrasses, plages de sable blanc, hautes terres et volcans, où l’art s’invente et se réinvente : raffinement du batik, art précieux du théâtre d’ombres, élégance des danses de cour...

Principales étapes : Yogyakarta, Borobudur, Prambanan, Solo, Malang, Tosari, mont Bromo, Surabaya, Ujung Pandang, Rantepao, le pays Toraja, Denpasar (Bali), Ubud, Mengwi, Batukaru, Jatiluwih, Bedugul, Munduk, Lovina, Kintamani, Bangli, Klungkung, Uluwatu, Sanur.

Orients Plus :

  • Borobudur, Prambanan et Malang ;
  • spectacle de danses Ramayana, du Barong et Kecak ;
  • le plus grand marché aux batiks d’Indonésie ;
  • les paysages de rizières en terrasses ;
  • sept jours de visites à Bali ;
  • une nuit chez un notable, une expérience unique ;
  • possibilité d’extension à Lombok : nous consulter.

Programme

1 Yogyakarta

Accueil par votre guide à l'aéroport et transfert à l'hôtel.
Journée libre.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Yogyakarta.

2 Yogyakarta (Borobudur)

Route pour Borobudur, le plus grand ensemble de bas-reliefs bouddhistes du monde et visite des petits temples de Mendut.
Déjeuner libre.

Retour à Yogyakarta, visite des ateliers de batik et d’un atelier de marionnettes du théâtre d’ombres.
Dîner avec spectacle de danses Ramayana.
Nuit à Yogyakarta.

3 Yogyakarta, Prambanan, Solo

Visite du Kraton, le palais royal et Taman Sari, le jardin d’agrément du sultan.
Route pour Solo (Surakarta) et Prambanan, le plus grand ensemble shivaïte d’Indonésie.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Solo.

4 Surakarta (Solo)

Visite de la cité royale (1745), où règne toujours la dynastie Mataram. Visite du Kraton Kasunanan, du musée royal, du palais de Mangkunegaran.
Flânerie à Pasar Klewer, le marché aux batiks. Départ pour le mont Lawu et les temples de Sukuh. Retour à Solo par la campagne javanaise.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Solo.

5 Surakarta (Solo), Malang

Traversée des villages entourés de champs de canne à sucre et de tabac. Visite à Trowulan du musée de l’ancienne capitale du royaume de Mojopahit, sur les bords de la Brantas, du candi Tikus, du temple du Rat et du candi Bajangratu.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Malang.

6 Malang, Tosari

Découverte d'une région sauvage de volcans, avec ses temples du XIIIe siècle. Visite des Candi Kidal et Jago, du Candi Singosari avec ses têtes de Kala et ses sculptures de Dwarapala, monstres géants, et également du Candi Jawi, exemple du syncrétisme entre shivaïsme et bouddhisme.
Route pour Tosari (environ 150 km).
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Tosari.

7 Tosari (Bromo), Surabaya, envol vers les Célèbes

En jeep, route pour assister au lever du jour sur le mont Bromo. Traversée de la "mer de sable" à dos de mulet jusqu’au cratère.
Route pour Surabaya et envol pour les Célèbes (Ujung Pandang).
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Ujung Pandang, ancienne Makassar.

8 Ujung Pandang, Rantepao

Huit heures de route pour rejoindre Rantepao, en traversant des villages bugis aux maisons de bois sur pilotis.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Rantepao.

9 Le pays Toraja

Trois jours, organisés selon les cérémonies funéraires : les falaises de Lemo et ses effigies des défunts, les grottes de Londa, les villages de Kete’Kesu, Palawa, Marante, Nangalla, leurs maisons en forme de bateau.
Continuation à pied jusqu’à Lokomata et découverte de la vie quotidienne.
Déjeuners et dîners libres.
Nuits à Rantepao.

12 Rantepao, Ujung Pandang, envol vers Bali, Ubud

Retour à Ujung Pandang et envol pour Bali.
Accueil et transfert à Ubud.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Ubud.

13 Ubud

Ubud, entre rizières et vallées encaissées, c’est le haut lieu de la peinture balinaise. Spectacle de danse du Barong, arrêt au village des sculpteurs sur bois de Mas.
Déjeuner libre (suggestion Orients : déjeuner dans les jardins du musée de peinture Arma).
Visite du musée, de Goa Gajah la "grotte de l’éléphant", de Gunung Kawi et du "temple de la lune", à l’énorme tambour de bronze.
Retour à Ubud. Dîner libre et nuit.

14 Ubud, Mengwi, Munduk

Découverte de cette région baptisée le "grenier de l’île", avec ses rizières en terrasses. Visite du temple royal de Taman Ayun à Mengwi, entouré de bassins, et découverte de la petite ville de Tabana.
Route pour les lacs Bratan, Buyan et Tamblingan et arrêt au temple d’Ulun Danu, dédié à la déesse du lac Beratan.
Départ pour la côte nord et installation au village de Munduk.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Munduk.

15 Munduk, Lovina

Belle randonnée de deux heures au milieu des plantations jusqu’aux chutes de Red Coral.
Route pour rejoindre Lovina.
Arrivée et transfert à l'hôtel.
Temps libre.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Lovina.

16 Lovina, Kintamani, Bangli

Visite du temple de Pura Beji, puis deux heures de route de montagne pour rejoindre Kintamani, jusqu’à la caldeira du mont Batur, volcan toujours actif.
Déjeuner libre.
Descente vers Bangli pour le village d’Undisan où vous serez reçus dans la maison d’un notable pour la nuit.
Dîner de spécialités locales.
Nuit à Bangli.

17 Bangli, Klungkung, Sanur

Découverte à pied des rizières et, en route, arrêt au vieux temple de Pura Kehen.
Arrêts à Kusamba (récolte artisanale du sel), Goa Lawah, temple au bord de la mer et sa "grotte aux chauves-souris". Enfin, visite du palais de Kertha Gosa à Klungkung.
Descente vers la station balnéaire de Sanur.
Temps libre.
Déjeuner et dîner libres.
Nuit à Sanur.

18 Sanur

Matinée libre.
Déjeuner libre.
Spectacle de danse Kecak et dîner d’adieu.
Nuit à Sanur.

19 Sanur, Denpasar

Journée libre.
Transfert à l'aéroport.
Fin de nos services
.

Le programme proposé est susceptible de connaître de légères modifications en fonction des changements de jours et heures d'ouverture des sites ou de modification des horaires des vols domestiques. Si tel était le cas, tout serait mis en œuvre pour limiter cela à des modifications dans l'ordre des visites, ou, éventuellement, vous proposer des prestations de remplacement de qualité équivalente.

Hébergement

L'hébergement (classification en normes locales)

Yogjakarta : hôtel The Phoenix 3*
Solo : hôtel Lor In Solo 3*
Malang : hôtel Santika Malang 3*
Tosari : hôtel Bromo Cottages 3*
Ujung Pandang : hôtel Mercure Regency Makassar 3*
Rantepao : hôtel Toraja Missiliana 3*
Ubud : hôtel Sahadewa Resort 3*
Munduk : hôtel Puri Lumbung Cottage 3*
Lovina : hôtel Aneka lovina 3*
Bangli : Puri Karang résidence, maison d'un notable
Sanur : hôtel Parigata Resort 3*

Si ces hôtels devaient être modifiés ils le seraient pour des hôtels de catégorie similaire.

Détails du prix

Voyage sur-mesure aux dates de votre choix :

(Exemples de prix en 2017)

Base 2 participants : 3 090 € par personne
Base 3 participants : 2 790 € par personne
Supplément chambre individuelle : 650 €

Ces prix sont calculés sur la base d'un euro = 1,06 dollars.
Ils sont valables pour la période du 01/01/2017 au 31/12/2017, sous réserve de disponibilité aérienne et terrestre au moment de la réservation ferme. Nous vous invitons à contacter notre équipe Orients pour vérifier les disponibilités aux dates souhaitées.

Ces prix comprennent :

  • les vols domestiques Surabaya / Ujung et Pandang / Denpasar avec la compagnie Garuda Indonésia ;
  • les taxes d'aéroport ;
  • l'hébergement en chambre double en hôtels de 1ère catégorie ou de charme ;
  • les petits-déjeuners et trois dîners spéciaux;
  • les trajets en véhicule privé ;
  • un guide local francophone par île ;
  • les entrées dans les sites mentionnés au programme ;
  • l'assurance assistance-rapatriement.

Ces prix ne comprennent pas :

  • les vols internationaux Paris / Yogyakarta et Denpasar / Paris, ainsi que les taxes d'aéroport ;
  • les boissons ;
  • les repas sauf trois dîners spéciaux ;
  • le port des bagages ;
  • les frais de visa (possibilité d'obtention sur place ou à Paris) ;
  • la taxe de sortie du territoire (environ 22 dollars US à régler sur place) ;
  • les dépenses personnelles ;
  • les pourboires aux guides locaux et aux chauffeurs ;
  • l'assurance optionnelle annulation, bagages et interruption de séjour.

Informations pratiques

Indonésie

Ambassade de France : adresse : Menara BCA - 40th floor - Jalan M. H. Thamrin n°1 - Jakarta Pusat 10310 - Tél : [62] (21) 23 55 76 00 - Fax : [62] (21) 23 55 76 02

Argent : l'unité monétaire est la Roupie indonésienne (IDR - abrégé Rs). Il existe des pièces (50, 100 et 1.000 Rs) et des billets (100, 500, 1.000, 5.000, 10.000, 20.000 et 50.000). Les coupures les plus courantes sont celles de 100 à 5.000 Rs. Veillez à en avoir toujours sur vous : les petits commerces de rue ont rarement la monnaie sur de grosses coupures.
Les euros sont échangeables en Indonésie.
Pour consulter les taux de change : http://www.xe.com/fr/currencyconverter ou http://www.boursorama.com/bourse/devises

Le change s'effectue dans les banques ou auprès des Money Changers (vous pourrez obtenir une liste des Money Changers agréés - cette liste varie souvent - auprès de l'office du tourisme de la ville où vous résidez, ou même de votre hôtel qui vous adressera au Money Changer le plus proche). En règle générale, les Money Changers prennent des commissions inférieures à celles des banques et le change y est donc plus intéressant au même taux. Cependant, une règle n'est jamais systématique en Indonésie et les conditions de change varient énormément entre les îles d'une part, entre les grandes villes et les endroits plus reculés d'autre part. Pour ces derniers, il vaut mieux circuler avec des roupies en petites coupures en poche car changer quelle que devise que ce soit s'y avère très fastidieux, voire impossible.

Dans les grandes villes et les principaux sites touristiques, voici quelques données à peu près constantes pour vous permettre de changer dans les meilleures conditions possibles :
- Sumatra : vous changerez sans difficulté des euros dans les banques de Medan. En dehors de Medan, vous pourrez changer des dollars à Prapat, Samosir, Bukittinggi et Padang, en espèces ou en chèques de voyage. Si vous changez des espèces, sachez que le taux est proportionnel à la valeur de la coupure : il est nettement plus intéressant de changer un billet de 100 dollars qu'une coupure de 10 dollars, bien que cette réglementation semble relever davantage de la discrétion de certaines banques.
- Java et Bali : sur ces îles beaucoup plus touristiques, les conditions de change sont excellentes. Vous y changerez vos euros ou francs suisses sans aucune difficultés dans les banques ou chez les innombrables Money Changers des principaux centres (Jakarta, Yogyakarta, partout dans Bali). Il est vraiment inutile d'y emporter des Dollars et le taux de l'Euro en particulier peut s'avérer extrêmement avantageux.
- Nusa Tenggara : en dehors de Lombok où il vaut mieux cependant disposer de dollars en espèces ou en chèques de voyage, changer de l'argent est une entreprise à réserver aux cas d'urgence à Florès et Sumbawa. Il est beaucoup plus sage d'effectuer cette opération avant d'y venir.
- Sulawesi : bien qu'Ujung Pandang soit la ville principale de Sulawesi Sud-Ouest, la fréquentation touristique du pays Toraja fait de lui un lieu plus favorable à l'échange de vos devises. A Rantepao, vous pourrez changer vos euros ou vos dollars auprès des banques et des Money Changers, et également, une fois n'est pas coutume, auprès de certains hôtels qui alignent le montant de leurs commissions sur celles des Money Changers.
Dans tous les cas, ne changez avec votre carte bancaire qu'en dernière extrémité. Même dans les banques proposant ce service, l'opération est longue et sujette à des commissions plus importantes, ainsi qu'à une taxe sur la transaction. Il n'y a pas de marché noir en Indonésie.
A la sortie du territoire, vous convertirez sans difficulté vos roupies en dollars dans les banques des aéroports internationaux de Jakarta et Denpasar. N'oubliez pas cependant de vous renseigner sur le montant de la taxe d'aéroport, payable en roupies indonésiennes seulement, avant de liquider toute votre monnaie locale.

Boissons : on trouve facilement de l'eau minérale (air botol, aqua), ou au moins de l'eau bouillie (air minum). Rappelez-vous toujours que l'eau transmet la plupart des maladies intestinales quand vous doutez de l'origine des glaçons, ce qui peut être un supplice face à d'alléchantes boissons à base de glace pilée (es) comme le milk shake à l'avocat (es apokat). Le café (kopi) est de loin plus populaire que le thé (teh). Il est généralement mélangé à l'eau bouillante, directement dans le verre et systématiquement sucré, sauf si vous précisez "pahit" (amer). Bintang et Anker sont les deux grandes marques de bière blonde indonésienne. Malgré quelques récentes expériences, le vin demeure largement importé. L'alcool local, le "tuak", est tiré d'un palmier. Il peut être plus ou moins fort, selon le degré de fermentation.

**Calendrier(s)* : heureusement le temps est élastique en Indonésie, car la vie y est rythmée par une foultitude de calendriers. Le calendrier javanais est divisé en semaines de cinq jours (dino pasaran), groupées en mois de trente-cinq jours.
Ne le confondez pas avec le calendrier musulman qui débute avec l'Hégire en 622. Bali combine un calendrier luni-solaire et un autre de trente semaines de sept jours. Il y a des calendriers batak, tengger ..., presque autant que de peuples et de cultures dans l'archipel. Rassurez-vous, l'administration vit au rythme du calendrier grégorien.

Climat : l'Indonésie s'étend de part et d'autre de l'Equateur et jouit, à ce titre, d'un climat chaud toute l'année : entre 27 et 30°C. Les plus grandes îles, Sumatra et Kalimantan ainsi que le nord de Sulawesi, ont un climat équatorial. Il y pleut donc toute l'année de façon abondante et particulièrement en octobre-novembre.

A Java, Bali, dans les petites îles de la Sonde et le sud de Sulawesi, situées en zone équatoriale, les averses s'espacent entre avril et novembre, mais ne cessent jamais tout à fait : trombes d'eau en fin de journée ou crachin sur ciel laiteux alternent avec des jours de franc soleil. Cette saison "sèche" est plus marquée à mesure que l'on progresse vers l'est.
Si le climat indonésien est influencé par le régime des vents de mousson, il ne connaît pas comme l'Asie du Sud-Est continentale, de contraste brutal entre une période de pluies et une période sèche. Par contre, repérer les mois pluvieux est un facteur déterminant dans les zones où une infrastructure routière encore fragile entraverait votre voyage lorsque les routes sont endommagées par les pluies (Nias, Sumatra ouest, pays toraja, Florès, Sumba).

Electricité : le courant est de 220 volts. Emportez un adaptateur universel.

Cuisine : la cuisine indonésienne est à l'image de la langue nationale : un mélange fait d'emprunts aux saveurs du monde, des nouilles chinoises aux currys indiens, des ragoûts portugais aux épices arabes. Si le nasi goreng, le riz sauté aux épices, accompagné de kerupuk peut être considéré comme un mets pan-indonésien, chaque région a ses traditions et spécialités.
Malgré un certain impérialisme culinaire javanais qui fait trouver, d'un bout à l'autre de l'archipel, soto ayam (soupe de poulet), sate (brochettes) et mie bakso (soupe de vermicelles aux boulettes), la diversité est de mise. Les saveurs "sucré-salé" de Yogya (gudeg, jaque vert cuit au lait de coco, ou tempe sauté avec des crevettes, arrosé de sucre de palme) n'ont rien de commun avec les mets corsés de la cuisine de Padang. Cependant partout on privilégie la diversité des goûts à la quantité. Le riz, ou ses substituts (patates douces, manioc, maïs et sagou dans les régions impropres à la riziculture), sert de base, mais s'accompagne de satellites et, surtout d'une grande variété de condiments (sauce soja, sauce de piment, pâte de crevettes, anchois séchés, échalotes ou cacahuètes grillées).
Le kerupuk, une chips géante à base de farine de manioc, parfumée à la crevette ou à la baie de melinjo, est un accompagnement incontournable et croustillant. Présent dans la plupart des sauces et des soupes, le lait de coco joue le même rôle de base de préparation que le bouillon en Occident. On y cuit viandes, poissons ou légumes. Parmi ceux-ci, il faut citer les feuilles de papayer, de manioc ou de patates douces ou le liseron d'eau, à la saveur voisine de l'épinard.
Le climat tropical indonésien dispense des fruits toute l'année. Certains ont été importés du Nouveau Monde, à partir du XVIe siècle (ananas, papaye ou noix de cajou). Les bananiers se comptent par centaines d'espèces. Le durian, aux effluves entre oignon et fromage, est le plus déroutant des fruits indonésiens. Sumatra et Sulawesi sont les grands centres de production des markisa, les fruits de la passion, qui ressemblent à de petites grenades. Le mangoustan dont la chair rappelle le litchi, est délicieusement fruité.
Au registre des épices, le clou de girofle et la noix de muscade, grandes productions indonésiennes, sont paradoxalement peu utilisés. On leur préfère la coriandre en grains, le cumin et le fenouil associés à l'ail, au gingembre et au poivre. Quant au rijstaffel, le menu de quinze à vingt plats proposé dans certains restaurants c'est une adaptation, plus gargantuesque que gastronomique, de la cuisine indonésienne à l'appétit hollandais.
Comme l'Asie du Sud-Est, l'Indonésie dispose d'un fabuleux éventail de choix pour se restaurer. Le degré 0 de la restauration est la cuisine de rue avec les vendeurs ambulants kaki lima qui proposent bubur ayam (gruau de riz au poulet), cendol (dessert au fruit de palme), sate (brochettes) ou bakso (soupe de boulettes). Les warung sont plus élaborés et disposent de tables et tabourets. Ils ne proposent en général qu'une spécialité, les menus diversifiés incombant aux rumah makan, les restaurants proprement dits. Dans ces derniers, réunissez-vous à plusieurs si vous voulez goûter différents plats : les portions sont généreusement servies.
Vous lirez facilement la carte des restaurants ou les publicités des cuisines ambulantes, les warung, puisque tout est écrit dans notre système alphabétique.

Divers : si vous lisez l'anglais, vous trouverez un très grand choix de documentation, cartes et guides, dans les grands hôtels et les aéroports internationaux. Emportez un réveil, une lampe torche, un drap de sac, "sac à viande" (pas de literie dans les petites auberges : on s'entortille dans son sarong à la mode indonésienne), une photocopie de votre passeport ainsi que des photos d'identité (si vous perdez vos documents de voyage, cela facilite énormément les démarches).

Fêtes : la diversité des croyances et l'importance des rites dans l'archipel rendent fastidieuse une liste exhaustive des fêtes fixées chaque année par le Département des Affaires religieuses. On peut néanmoins retenir une douzaine de célébrations majeures dont les dates varient en fonction des calendriers de référence :
- Tahun Baru est le Nouvel An occidental et un jour chômé ;
- Nyepi, le Nouvel An hindou, est célébré à Bali lors de l'équinoxe de printemps. Ne prévoyez pas d'activité ce jour-là car tout déplacement à l'extérieur des hôtels est proscrit ;
- Waisak, l'anniversaire du Nirvana du Bouddha, attire des bouddhistes du monde entier à Borobudur. Il a généralement lieu au milieu du printemps.
Les grandes fêtes musulmanes sont :
- Idul Fitri (Lebaran) qui marque la fin du jeûne du Ramadan (pratiqué surtout à Java et Lombok) ;
- Idul Adha (ou Idul Korban) la commémoration du sacrifice d'Abraham, qui est aussi le Jour des morts ;
- Maulid Nabi Muhammad, l'anniversaire du Prophète.
Les chrétiens fêtent le Vendredi Saint, l'Ascension et Noël. La communauté chinoise célèbre avec faste son Nouvel An. Enfin, la Fête nationale est le 17 août, jour anniversaire de la proclamation de l'Indépendance en 1945.

Formalités : un passeport valide encore 6 mois après le retour du voyage ainsi qu'un visa sont nécessaires pour l'entrée en Indonésie. Le visa s'obtient très facilement à l'arrivée contre 25 ou 30 USD par personne (pas de photo nécessaire). Vous pouvez également nous confier l'obtention du visa avant le départ (tarifs et délais d'obtention sur demande auprès de l'équipe Orients).

Permis de conduire : munissez-vous d'un permis de conduire international si vous envisagez de louer un véhicule à Bali ou Lombok.

Douane : pas de réglementation particulière. Vous avez le droit d'entrer avec un litre d'alcool et deux cents cigarettes. Votre matériel audiovisuel doit en principe être déclaré à l'entrée ... pour vérifier qu'il repart avec vous. Sont interdits : armes à feu, drogues diverses, revues pornographiques, publications et médicaments chinois (on contrôle rarement leur présence dans les bagages d'un voyageur d'Europe).

Heures locales : l'archipel indonésien compte huit fuseaux horaires entre le nord de Sumatra et l'Irian Jaya. Pour simplifier, le gouvernement a divisé l'archipel en trois zones horaires :
- WIB (Waktu Indonesia Barat) est l'heure de l'Indonésie de l'Ouest : Sumatra, Java, Kalimantan ouest et centre - 6 heures de décalage avec Paris ;
- WITA (Waktu Indonesia Tengah) est l'heure de l'Indonésie du centre : Bali, Kalimantan est et sud, Sulawesi, Nusa Tenggara - 7 heures de décalage avec Paris ;
- WITI (Waktu Indonesia Timur) est l'heure de l'Indonésie de l'Est : Moluques et Irian Jaya - 8 heures de décalage avec Paris.

Horaires : il existe en principe des horaires administratifs pratiqués d'une grande ville à l'autre de l'archipel. Cependant la règle générale est plutôt d'obéir à la notion de jam karet, littéralement "le temps caoutchouc" : le temps a donc la souplesse et l'élasticité du latex. Pour cette raison, vous pouvez trouver porte close alors que vous vous présentez bien avant l'horaire de fermeture officiel. Toutefois la souplesse a aussi ses avantages : par gentillesse on vous accueillera parfois bien au-delà de l'heure de fermeture annoncée. Les horaires que nous communiquons le sont donc à titre indicatif, tout modulés qu'ils sont par le jam karet et par les variantes locales.
Bureaux : de 8h à 15h du lundi au jeudi, de 8h à 11h30 le vendredi, de 8h à 14h le samedi.
Banques : de 8h à 15h. Seules les banques privées sont ouvertes le samedi jusqu'à 11h30.
Musées nationaux fermés le lundi, ouverts de 8h30 à 17h les autres jours, fermés à l'heure de la prière le vendredi.

Politesse et tabous : l'apparence et le comportement jouent un rôle important dans la société indonésienne. Sans être pudibonds, les Indonésiens apprécient la pudeur vestimentaire. Les sentiments que vous provoquez à déambuler en short et débardeur sont du même ordre que ceux que vous suscitez en Europe en posant vos pieds sur la table. C'est avant tout une question de politesse. Dire bonjour est une règle élémentaire des relations sociales, une politesse toute simple qui attire la sympathie et facilite toutes les démarches. Ne jamais oublier que "être pressé" ou "ne pas avoir le temps" sont ici des concepts incompréhensibles. L'heure en Indonésie est élastique (jam karet) même si l'on attend des Occidentaux qu'ils soutiennent leur réputation de ponctualité ! Ne manifestez jamais votre colère, vous couperiez court à toute discussion. Si vous êtes invité, apportez un petit cadeau ou petit souvenir. Ne jamais désigner du pied, toucher la tête d'un enfant, utiliser la main gauche pour donner ou recevoir.

Poste, téléphone : prévoyez de la colle pour les timbres et les enveloppes. La plupart des grandes villes sont équipées du système IDD (International Direct Dial). Pour téléphoner à moindre frais (les hôtels chargent jusqu'à 21 %) demandez une wartel (warung telephon), c'est-à-dire une cabine téléphonique avec opérateur où vous pourrez régler le montant de votre communication sans vous soucier de jetons ou de cartes.
Même chose pour l'envoi des fax qui ne sont facturés qu'une fois l'envoi effectué. Les communications sont 45 % moins chères après 21 h. Vous pourrez également y acheter une carte téléphonique (de nombreux hôtels disposent d'une cabine à carte).

Pourboires :le pourboire pour les chauffeurs et les guides locaux n'a aucun caractère d'obligation mais il est d'usage, lorsque vous en êtes satisfaits, de donner environ 1 $ par jour et par personne aux chauffeurs et 2 $ par jour et par personne aux guides locaux.

Santé : aucune vaccination n'est exigée pour entrer en Indonésie. Vous devez cependant être à jour des vaccinations ou rappels contre la poliomyélite, la diphtérie et le tétanos. Les vaccinations anti-hépatite B (deux injections à un mois d'intervalle, puis un rappel six mois et cinq ans après) et contre l'hépatite A (une injection et un rappel six mois plus tard) sont très recommandées. L'Indonésie est impaludée et appartient aux pays du groupe 2. L'information en ce domaine évoluant constamment, nous vous recommandons de vous adresser, au moins un mois avant la date de votre départ, à l'un des organismes suivants :
- Institut Pasteur : 209-211 rue de Vaugirard 75015 Paris - Tel : 0 890 710 811.
- Centre de vaccinations internationales Air France : 148 rue de l'Université 75007 Paris - Tel : 01 43 17 22 00.
Votre pharmacie de voyage doit comprendre à minima : votre traitement si vous en suivez un, la prophylaxie anti-palustre (médicaments et lotion anti-moustiques) et un traitement antalgique. A cette trousse de base, vous pouvez ajouter : pilules désinfectantes pour l'eau, remèdes contre les troubles intestinaux (pour lutter contre, et soigner la turista), anti-allergique, collyre, antiseptique cutané, antispasmodique, antibiotique à large spectre, crème solaire, sparadrap et compresses.
Les moustiques sont omniprésents, en particulier en zone équatoriale. La plupart des hôtels sans air conditionnés ne disposent pas de moustiquaire, mais vous fourniront des spirales anti-moustiques. Prévoyez des répulsifs en spray adaptés aux pays tropicaux.

Taxes d'aéroport : des taxes d'aéroport sont à régler sur place par les voyageurs : sur chaque vol intérieur et sur le vol international à la sortie du pays.

Toilettes : dans les grandes villes et les étapes "classiques", vous trouverez dans les bons hôtels, des salles de bain aux normes occidentales (avec baignoire, WC, douche, lavabo). Le degré zéro de la salle de bain indonésienne c'est le bac en ciment et la gamelle (qui servira le cas échéant de chasse d'eau), sans eau chaude. Entre ces extrêmes, la norme la plus répandue est la douche au sol, sans baignoire, avec lavabo et WC.

Tenue vestimentaire : des vêtements en coton léger, décents et confortables, pour la garde-robe et deux paires de chaussures (tennis et sandales) suffisent amplement. Une base à compléter si vous partez en trekking ou en altitude.
Si vous faites étape à Bali ou Yogyakarta, vous pourrez vous constituer toute une garde-robe (réutilisable en Europe) à moindre prix.
Pensez que le soleil est parfois cruel lorsqu'on vient de contrées où il est timide : chapeau, lunettes de soleil, vêtements couvrants peuvent être indispensables.

Prévisions météorologiques

Nous vous conseillons de consulter les prévisions météorologiques la veille de votre départ soit par Internet sur le site de la chaîne météo ou de metéo France, soit par téléphone, avec le service Météo Consult, au 3264 (service payant 2,99 € l'appel + coût normal d'une communication depuis votre téléphone).

Informations voyageurs : sécurité et situation sanitaire

Pour chaque pays, le ministère des Affaires Etrangères (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs) publie des fiches conseils aux voyageurs sur son site internet. Vous y trouverez les dernières recommandations notamment en matière de sécurité, formalités et santé.

Nous vous recommandons fortement de consulter ces sources d'information régulièrement, jusqu'à la veille de votre départ. Nous tenons également ces fiches à votre disposition sur simple demande au 01 45 61 90 90.

Bibliographie

Indonésie

Cartes


Les éditions Nelles et Periplus proposent différentes cartes routières, générales ou par régions.

Lectures recommandées


1/ Bali in the 19th century par Anak Agung Gede Agung : histoire de la conquête de Bali par les Hollandais écrite par un respectable prince balinais, ancien diplomate (1991) - agrémenté de photos d'époque...

2/ Sang et volupté à Bali par Vicky Baum. Malgré le titre un peu tendancieux, excellent récit romancé de la vie quotidienne à Sanur et Denpasar au moment de la conquête hollandaise en 1906. On s'aperçoit que beaucoup de choses n'ont pas changé malgré l'invasion touristique et que le livre n'a pas vieilli ! (1937)

3/ Sekala & Niskala, essays on religion, ritual & art (vol .1) - essays on society, tradition & craft (vol.2) - Une série d'articles pittoresques et vivants sur les principales composantes de la culture balinaise en 2 volumes. Instructif et facile a lire. (EN ANGLAIS)

Romans et nouvelles d'auteurs indonésiens :


-La vie n'est pas une foire nocturne - Pramoedya Ananta Toer- Gallimard - Connaissance de l'Orient
Né en 1925, dans le nord de Java, l'auteur incarne auprès de ses concitoyens l'image de l'intellectuel irréductible. Le bruit court de temps à autre qu'il devrait être "nobélisé" un jour. Ces quatre nouvelles évoquent la décolonisation de Java, le désarroi de la société javanaise qui commence à se sentir indonésienne...

-Le monde des hommes - Pramoedya Ananta Toer - Rivages
A la fin du XIXe siècle, en Indonésie - alors colonie hollandaise - le jeune Minke s'émerveille de toutes les perspectives qu'ouvre l'ère moderne. Cet indigène, avide de culture, qui doit à son ascendance noble le privilège de faire des études secondaires, évolue avec aisance au sein de la communauté coloniale. mais n'en revendique pas moins farouchement son identité javanaise. Maniant la plume avec brio. il signe sous un pseudonyme, dans les journaux néerlandais, des articles dénonçant le racisme dont ses congénères sont victimes. Racisme qui s'exprime avec une violence et une cruauté particulières lorsqu'il se lie d'amitié avec Nyai, la concubine d'un riche négociant hollandais, et s'éprend de sa fille, Arroches, au mépris de toutes les conventions. Plaidoyer contre un système colonial fondé sur la discrimination raciale et émouvante histoire d'amour, Le Monde des hommes est le premier volet d'une tétralogie, "The Buru Quartet", que l'auteur a d'abord racontée, jour après jour, aux autres prisonniers politiques qui partageaient sa cellule sur l'île de Buru.

-Gandis Patai : la fille du rivage - Pramoedya Ananta Toer Gallimard
La jeune fille d'un pêcheur de la côte nord-est de Java (Gadis Pantai signifie " la fille du rivage " en indonésien) a été demandée en mariage par un aristocrate local, fasciné par sa grande beauté. Elle a quatorze ans et, dans cette Java féodale du début du vingtième siècle, elle n'a guère le choix. Ce mariage arrangé la fait passer sans transition d'une vie certes pauvre et rude, mais libre et naturelle, à une existence cloîtrée, dans la vaste demeure ceinte de murs de son époux, le Bendoro. La jeune fille est intimidée et malheureuse, mais doit très vite s'adapter au langage et aux usages de sa nouvelle vie. Grâce à une vieille servante, elle apprend à se comporter en maîtresse de maison, à se maquiller, à se purifier et à prier. Puis, incrédule, elle découvre qu'elle n'est qu'une épouse à l'essai après bien d'autres. Toutefois, elle ne se doute pas encore que son destin basculera cruellement lorsqu'elle donnera naissance à une petite fille quelque temps plus tard... Gadis Pantai est le récit d'une vie volée. D'une grande simplicité et d'une grande force, l'évocation de cette jeune fille abusée, de ce personnage de femme inoubliable, luttant pour rester libre jusqu'au bout, mais sans parvenir à maîtriser son destin, confirme la puissance narrative du romancier indonésien.

-Télégramme - Putu Wijaya - Ph. Picquier
Ce roman, court, alerte et léger est plutôt un portrait, celui d'un jeune Balinais vivant à Djakarta avec sa fille adoptive et dont la vie sera bouleversée par l'arrivée d'un télégramme. Il imagine aussitôt son contenu, ce qui le plonge dans le désarroi. Errances, indécisions, confusion des sentiments ponctuée de faux-semblants et de mensonges : entre le réel et l'imaginaire, notre héros hésite, comme pour mieux égarer le lecteur dans cette capitale moderne, nourrie d'exotisme et de rêves.

Articles


Bali - l'ordre cosmique et la quotidienneté, Revue AUTREMENT série Monde, HS n°66, ouvrage dirigé par Catherine BASSET et Michel PICARD (collectif - série d'articles sociologiques et de récits anecdotiques sur Bali, sa culture, ses habitants...)

Beaux livres


-Indonésie, l'archipel infini - Minerva Cinq Continents
-Toraja: sous le regard des ancêtres - Olivier Lelièvre - Adret -Peuples Du Monde
-Bali Abianbase : Côté cour Côté jardin - Catherine Basset - TOTAL Indonésie
-Musiques de Bali à Java : l'ordre et la fête - Catherine Basset- Cité de la Musique Actes Sud

Demander un devis
Personnalisez votre voyage avec un spécialiste de la destination